HADOPI est passé, et maintenant ?

samedi, avril 28, 2007

Sur l'inné et l'acquis, les gènes du comportement selon Sarkozy

Les propos portés par Nicolas Sarkozy, candidat à l'élection présidentielle, sur la part de l'innée et de l'acquis, méritent d'être lus avec attention, car elles sont porteuses d'idées fausses et dangereuses.

Tout d'abord, et pour que les arguments avancés puissent être rattachés au contexte entier des citations de Sarkozy, il faut se référer au dialogue dont elles sont issues :

un extrait ici :

http://www.pasdesarkozy.fr/index.php?2007/03/31/24 ... ozy-onfray

avant d'analyser en profondeur les propos et expliquer en quoi, ils sont dangereux, passons en revue les contradictions et les erreurs qui se sont glisser dans son discours.

d'abord la pédophilie n'EST PAS une pathologie. L'alcoolisme ou la boulimie, oui, car on porte atteinte à sa santé. La pédophilie est un crime, puni par la Loi. C'est la Loi qui fait le crime, comme disait Nietzsche. Je pense que Sarkozy a employé le terme de pathologie car derrière se cache des notions de valeurs morales et chrétiennes. Sarkozy laisse donc parfois ses convictions religieuses dicter ses propos et lui éviter d'être rigoureux. Rien que cela, c'est dangereux.

Ensuite la part de l'inée n'est pas aussi importante qu'il le dit.

Qu'est-ce qui prend donc le plus d'implication dans les comportements ?
- les hormones et leur dose, donc la part de génétique ?
- les neurones et les circuits, les zones du cerveau, c'est à dire la part d'ontogénèse (à la fois génétique mais aussi environnemental) ?
- le libre arbitre, c'est-à-dire la part de l'acquis ?
Les doses hormonales (la plupart sont des protéines) ont donc une origine génétique. Seulement, il faut savoir que les gènes (et leur traduction) peuvent être plus ou moins activés selon les circonstances !
Ensuite la fabrication des centres nerveux se fait au cours de l'embryogénèse. Voire même au-delà !! Et en fonction de l'environnement. Donc, il faut garder à l'esprit que la part d'acquis est importante.

Alors quid des propos de Sarkozy ?
Celui-ci parle avant tout de pré-dispositions, de "faiblesses" génétiques. Et a priori, il n'a pas tord... Effectivement, il existerait des gènes responsables de la depression ou de la schizophrénie, mis en évidence sur des souries. On a pu également modifier les orientations sexuelles de rats. Bien. Cela veut-il dire pour autant que les comportements soient d'origine génétique ? Non !! Absolument NON !!!
Tout simplement parce que ce n'est pas parce qu'on a une faiblesse, qu'on va forcément avoir ce comportement !!!!
Des milliers de personnes vivent sans le savoir avec des pré-dispositions aux cancers, aux diabètes etc... sans forcément être malade ! Idem pour les pré-dispositions à la déprime. Car il n'y a pas que les gènes qui nous dirigent dans la vie, il y a aussi les hormones, et devinez quoi ? Les influences extérieures jouent sur les hormones. Quand bien même, on aurait des pré-dispositions, on peut éviter la maladie !!!

Il n'existe pas de gène de "j'ai envie d'allumer le gaz", la génétique, c'est pas aussi simple, il faut des milliers de gènes, et je rappelle que chaque gène est lié à une protéine ou un régulateur, et pas à un comportement directement ! A la rigeur, on peut supposer des gènes qui limiterait des synthèses de dopamines ou d'autres, et qui enclencherait une dépression. Le passage au suicide necessite donc au préalable, une cascade de causes, dont on ignore encore tout !

Les pré-dispositions à la pédophilie sont encore plus inexacts. Cela n'a pas été prouvé. Lorsqu'il déclare qu'on "nait pédophile", c'est non fondé ! Allez, bon, imaginons que malgré tout la pédophilie soit inné, comme Sarkozy l'affirme. Bien.
Et ben, il a pas du tout réfléchi, parce que ça ne marche pas !! Sa théorie est caduque !!!!
Si chaque gène a été selectionné, en quoi, un pédophile est-il avantagé par rapport aux autres ?? Si les gènes de la pédophilie existent alors c'est qu'ils ont du se transmettre !!! Or, à moins d'avoir des enfants, ce n'est pas possible, et un pédophile n'en fera pas plus qu'un homme hétérosexuel.
Et ne parlons même pas du gène du suicide. Celui-là, ne risque pas de se transmettre !

Alors, s'agirait-il de gènes défectueux ? D'un défaut dans des milliers de gènes, de mutations ? Qui entraineraient alors un comportement ? Cela peut être plausible à première vu, et c'est ce que doit penser Sarkozy.

Allez, conservons l'idée d'une influence génétique "importante" comme le dit Sarkozy. Si ça existe chez les humains, partageant des ancêtres communs, avec les primates, on devrait retrouver les mêmes proportions chez eux aussi ?
Tiens ? Bisarre, ça ne se passe pas du tout comme avec nous ! Pourtant nous partageons avec eux 99, 98 %, voire plus de gènes communs avec eux.
Les gorilles vivent en société patriarcale, ou les rapports violents, voire les viols sont légions. Quant aux bonobos, alors là, Sarkozy ne saurait plus où donner de la tête !! Masturbations, homosexualité, sodomie, échangismes, prostitution, on trouve de tout chez eux, et la sexualité est plus vécu comme un moyen de se procurer du plaisir et d'apaiser les tensions sociales qu'autre chose. On peut donc affirmer que les mœurs sexuelles prennent également leur origine dans les mœurs sociales et les rapports avec les autres. Fort heureusement, la vie humaine, ce n'est pas : "nous tous seul, et nos gène".

Chez les animaux le taux de pratiques homosexuelles est de 10 % environ. Pas chez l'homme, et pas partout. Chez les animaux le taux d'infidélité est de 99 %. Pas chez l'homme, et pas partout. Pourquoi ? Parce qu'il y a aussi une part culturelle importante.
Concernant le suicide, il est prouvé qu'à 90% des cas, c'est lié à un trouble neurobiologique, c'est-à-dire, psychiatrique, dont les origines peuvent être génétique, puisque ça se retrouve dans certaines familles) mais il existe d'autres causes : alcoolisme, cigarette, abus sexuels pendant l'enfance etc...
http://www.omh.state.ny.us/omhweb/savinglives/Volume2/neurobiological.html
).
Donc là encore, il n’y a pas de fatalité génétique. Et puis encore sur le suicide, lisez ça :
http://cat.inist.fr/?aModele=afficheN&cpsidt=1289255
Cela prouve bien une chose : quand bien même, il y aurait des gènes qui nous gouvernent, les éléments extérieurs peuvent avoir une grande influence dessus.
D’autres chiffres : en France le taux de suicide est 20 % de fois plus élevé qu’en Allemagne. Pourquoi ? Si c’était génétique, on devrait avoir le même taux, puisqu’on partage nos gènes.
Voir :
http://www.lanutrition.fr/La-France-anxieuse-et-d%C3%A9pressive-a-703-90.html.

Encore ? Depuis 1950, ce sont les jeunes qui se suicident le plus, pourquoi ? Les mutations auraient-elles changées ? Ce glissement dans la prédominance des nombres de suicides par groupes d'âge va à l'encontre des changements démographiques puisque la population plus âgée est en augmentation au cours des 50 dernières années. Encore une preuve de l’influence environnementale.
Encore ? Sur tout les continents, le taux de suicide est plus élevé dans les îles (Cuba, Japon etc… )
Encore ? En Chine, le suicide est plus important chez les femmes, contrairement au reste du monde. Voir http://www.letudiant.fr/bac/reperes/reperes_1/sociologie--comprendre-le-suicide.html
Etc… la liste est longue. Et elle est valable pour tous les comportements !
Cela prouve bien une chose : quand bien même, il y aurait des gènes qui nous gouvernent, les éléments extérieurs peuvent avoir une grande influence dessus.

Conclusions : contrairement à ce que Sarkozy affirme, la part de l'innée n'est pas aussi importante qu'il le croit.

Bien. Bon, c'est a priori pas grave. Il s'est trompé, il n'a pas les connaissances scientifiques complètes, et puis après tout, c'est pas son job. Alors pourquoi tout un tsoin-tsoin sur cette affaire ?

Tout simplement parce qu'affirmer ce genre de propos, c'est DANGEREUX, et là, on n'est plus dans du danger politique uniquement, mais aussi dans du DANGER IDEOLOGIQUE, bien plus grave.

Et c'est là qu'il faut se saisir de toute son objectivité critique.
Les défenseurs de Sarkozy estiment que si Sarkozy se penche sur la question, c'est dans un désir humaniste de sauver tous ces "malades". Grand bien lui fasse, sauf que ce n'est pas possible. Pour plusieurs raisons :
- il est très difficile de soigner les maladies génétiques déjà connu, alors imaginez des gènes comportementaux
- qui dit qu'un médicament n'aurait pas d'effets secondaires, genre moins dépressif, mais agressif ?
- l'existence d'un médicament ne signifie pas forcément prise de ce médicament. Et les psychiatres le savent bien puisque lorsqu'un bipolaire, un schizophrène ou un depressif décide de ne pas prendre ses médicaments, il le peut. Comme quoi, y a encore le libre arbitre. Existeraient-ils des gènes de "je n'écoute pas mon medecin ?"

Alors pourquoi tenir ce genre de propos ? Pourquoi ?

D'abord, on peut imaginer que c'est pour lancer la recherche et développer les entreprises pharmaceutiques, bref pour se faire du pognon
Mais ce serait faire un procès d'intention, et on n'en n'est pas là.
Non, il y a aussi des dangers qui sont tout autres.

Trois dangers à affirmer cela :
- le premier, c'est considérer que cela est un comportement déviants. Voir Nieztche à ce sujet, ou se référer aux bonobos plus haut. Après tout, le viol est une stratégie de reproduction comme une autre, et il n'est pas étonnant de voir leur nombre augmenter dans les villes et sur le pourtour des universités.

- le deuxième, c'est refuser la part de responsabilité de chacun dans ses actes. A ce moment-là, la société n'est pas responsable du suicide par exemple. C'est grave de penser cela ! Surtout pour un futur président possible !!!! Cela signifie qu'il se dédoigne de toute responsabilité dans le taux de suicide en France ! C'est horrible !!!

Deux raisons à ce refus d'assumer la responsabilité de la société.
- la première pour des raisons politiques : admettons, sa politique foire, ne marche pas, et que le taux de suicides augmente, ou que le crime augmente, au moins peut-il dire que ce n'est pas sa faute. Et il n'est pas obligé de se consacrer à cela. Conclusions : pas la peine de développer la Santé, les hopitaux, de rembourser les consultations chez le psy, de rembourser les anti-depresseurs. Alors certe, y aura des économies de faite sur la Sécu, mais c'est terrible !! Car ça veut dire qu'on aura un Président qui s'en fout du bien-être des Français.
- la deuxième raison est encore plus subtile : il fait rappeler que Sarkozy est croyant. A fond ! Dieu prend une part très importante dans sa façon de penser, et il souhaite que la religion prenne une part plus importante dans la politique (rien que pour ça, il est un danger pour la démocratie, mais ce n'est pas le débat du jour). Et affirmer que les comportements "déviants" : je rappelle : la pédophilie, le suicide, ont une cause génétique, permet de dire que "naturellement", les hommes ne sont pas comme ça. Etonnant de constater que les comportements dont à parler Sarkozy sont condamnés par l'Eglise : pourquoi n'a-t-il pas parlé de l'anoxérie par exemple ? Hum... étrange...
Quant à la pédophilie, affirmer qu'il existerait des causes génétiques, justifierait les centres à vie, ou les castrations, en attendant de "leur trouver des médicaments".

Il existe enfin un troisième danger aux propos de Sarkozy, ce sont les conséquences que pourraient avoir une recherche sur les causes génétiques aux comportements. De là, à dire que Sarkozy les envisage, il n'y a qu'un pas que je refuse de faire, par présomption d'intentions.
Mais il est bon, et necessaire, d'envisager les portes ouvertes.
Une recherche sur les prédispositions génétiques, reviendrait à dresser le génome de chaque individu. Parfait, c'est exactement ce que Sarkozy souhaite, en même temps que les Américains, pour lancer un programme de biométrie (Sarkozy y est favorable). La biométrie, c'est sans doute une des choses les plus DANGEREUSES qui vont nous tomber dessus. Il s'agit du fichage par ADN de tous les individus. Et la non-possession de son propre génome. Puisqu'on brevete, non pas le génome, mais la lecture de ce génome. Pire que Big Brother !
Et puis, faisons un peu de science-fiction : admettons qu'il existe et qu'on identifie les gènes de la pédophile, ou du moins qu'on sache qu'on "nait pédophile". Faut-il les laisser se reproduire ? Hum... ça vous fait pas penser à quelque chose ? Cela s'appelle de l'eugénisme. Ce n'est pas que Sarkozy soit en faveur de l'eugénisme (on n'en sait rien) mais il a tracé la voie à l'eugénisme avec ces propos, même si c'était involontaire. Si on découvre les gènes des intellectuels, des sportifs de haut-niveau, faut-il les garder ? Faire en sorte qu'ils se reproduisent plus ? A partir du moment où on a connaissance des dispositions génétiques, difficile de resister à la tentation de faire une sélection artificielle, comme avec les roses et les vaches, et ça, c'est de l'eugénisme.

Ces propos sont donc non seulement infondés, à défaut d'être totalement faux, mais ils jouent avec le flou, pour manipuler les gens et leur ammener des certitudes (on nait pédophile, donc ça peut se soigner, donc c'est simple) pour les rassurer. C'est de la démagogie.
D'autre part, pour de multiples raisons, ces propos témoignent d'une idéologie DANGEREUSE.
Idéologie contraire, non seulement aux principes démocratiques, mais aux idéologies éthiques.

Je vous remercie d'avoir pris le temps de lire.



Victor Provis, enseignant en Biologie - S.V.T.

Aucun commentaire: