HADOPI est passé, et maintenant ?

vendredi, décembre 07, 2007

La SACEM lance la chasse aux internautes "pirates"

C'est désormais officiel, la saison de la "chasse" est ouverte!

Mais quelle chasse me direz-vous? Eh bien celle aux "internautes pirates" qui téléchargent illégalement et pour leur usage personnel des fichiers grâce aux logiciel de P2P : La SACEM a eu en effet l'autorisation de la CNIL de relever l'adresse IP des internautes "pirates" afin de saisir un juge...

extrait d'un article du Monde.fr : "La Sacem pourra désormais constater, sur Internet, les infractions aux droits d'auteur. Mais surtout, elle est en droit de relever les adresses IP des internautes qui s'adonneraient à la transmission illégale de fichiers protégés. Le but ? Monter des dossiers contre les "pirates", puis les transmettre à un juge. A lui, en dernier recours, de décider s'il y a matière à poursuivre les fraudeurs en justice. Quoi qu'il en soit, c'est encore le juge, et non la Sacem ou un autre ayant droit, qui pourra demander à un fournisseur d'accès à Internet l'identité de l'internaute cachée derrière l'adresse IP."

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-651865,36-987241@51-956314,0.html

Bref, la mission Olivennes n'aura pas tardée à porter ses fruits dans le domaine de la répression: l'industrie musicale y tient, elle ira jusqu'au bout de sa logique, elle sanctionnera, à coup de filtrage généralisé des IPs, tous les téléchargeurs français... Qui peut croire que cela va permettre aux ventes de CDs de remonter? Surtout lorsque l'on sait, qu'une telle annonce, sachant que les logiciels de P2P crypté et anonymes tels MUTE ou i2p sont déjà très facilement accessibles sur le Net, va faire migrer les internautes vers d'autres contrées du réseau...

Mais une question se pose: sera-t-il encore possible d'utiliser les logiciels de P2P pour télécharger légalement de la musique libre, c'est-à-dire qui échappe totalement au contrôle de la SACEM....?

Soyez vigilants chers amis, ces nouvelles annonces de filtrage n'augurent pas de bonnes choses pour la suite de l'Internet français... espérons que cela ne fasse pas trop de dégâts!

2 commentaires:

lyle a dit…

De tout façon, d'ici quelques mois, les seuls artistes autorisées en France seront Halliday, Mireille Matthieu et Lorie ( et quelques autres soigneusement séléctionnés... )

Qui alors voudra encore télécharger ?

D'autant qu'il sera obligatoire d'aller acheter au moins 10 CD par moi à la FNAC...

Anonyme a dit…

Aie ! Tout ceci fait peur. Comment vont ils faire la différence entre un ep libre et un commercial. Espérons que la suite soit de meilleure augure.

Bravo pour l'article. Bonne continuation.

blog de promotion des musiques libres